Définition Data Governance et exemple de gouvernance des données en entreprise

0
146

À l’heure où le partage des informations et surtout des données dans un contexte professionnel est monnaie courante, le data governance devient incontournable. Il s’agit de la gestion des données qui circulent dans une entreprise. Pour mieux vous imprégner du concept, ces paragraphes vous expliquent les principes de gouvernance des données, leurs applications et les métiers qui en découlent.

Qu’est-ce que la Data Governance ?

Sa définition se résume au cadrage de la diffusion de la donnée à la bonne personne au moment opportun, dont voici les détails.

Une approche de gestion des données

La gouvernance des données en entreprise désigne le contrôle des actifs de données. Elle délimite les décisions d’exploitations des informations durant leur cycle de vie. Inscrite dans la stratégie globale de l’entreprise, elle détermine les activités de gestion des flux d’informations en interne et en externe. Elle structure les rôles des responsables au sein de l’organisme, en précisant leurs obligations et leurs droits.

Une pratique encadrée par la loi

La gouvernance des données en entreprise est soumise à l’encadrement du RGPD (Règlement Général de Protection des Données). Cette loi européenne part du principe que les utilisateurs qui fournissent leurs renseignements sont en droit d’être avertis de leur finalité. La règlementation encourage la traçabilité et la possibilité de modifier les données. Elle incite l’usage d’un KPI (Key Performer Indicator ou indicateur clé de performance), une mesure de la qualité des données.

Les prérequis à une bonne stratégie de gouvernance des données

Les principes de gouvernance des données s’articulent autour de quatre axes :

  • la disponibilité ;
  • la facilité d’utilisation ;
  • la sécurité ;
  • l’intégrité des données.

La disponibilité implique l’accès aux informations en temps réel. La facilité d’utilisation passe par le respect de la norme ISO-9241-11 relative à l’ergonomie informatique. Le RGPD et la CNIL garantissent la sécurité et la protection des données des utilisateurs. L’intégrité souligne la fiabilité des informations et la performance des supports de stockage.

Comment s’applique la Data Governance dans les entreprises ?

La procédure de gouvernance des données revêt deux formes : la forme défensive et celle offensive. L’une se concentre sur la sécurité, tandis que l’autre s’attache à la qualité.

Les entreprises commerciales

Les structures commerciales adoptent une stratégie offensive, car les consommateurs manifestent une méfiance vis-à-vis de l’exploitation de leurs informations. Ce comportement résulte des pratiques illicites qui souillent le commerce électronique (piratages et ventes des données à l’insu des utilisateurs). Heureusement, l’apparition des mesures de confidentialité a développé la transparence des entreprises.

Les institutions financières

Les entités financières ont coutume de manipuler les informations de millions de clients et utilisent ainsi une stratégie gouvernance des données défensive. Cependant, l’émergence des services digitaux les force à se livrer à des techniques offensives, misant sur la qualité des informations. À tous les égards, le secteur financier veille à la sécurisation et la qualité des données exploitées.

Les services sanitaires

Les structures médicales se penchent vers une stratégie de gouvernance des données dite défensive, étant donné la sensibilité des informations à traiter. Dans la médecine, les données participent à la découverte de nouveaux remèdes et à la lutte contre des maladies incurables. Une mauvaise manipulation peut entraîner des pertes énormes.

La Healthtech, c’est-à-dire les startups dans la santé qui collectent et se nourrissent essentiellement des données pour fonctionner, ont défié les entreprises classiques, les poussant à accepter la procédure de gouvernance des données dite offensive.

Quels sont les métiers dérivés de la Data Governance ?

La data governance a créé de nouveaux métiers, dans le cadre d’un programme de contrôle.

Le Chief Data Officer

Le Chief Data Officer est mandaté pour maintenir l’ordre au sein de l’organisation. Il encadre le stockage et la sécurisation des données. Il veille au respect des lois mises en place. Les décisions au traitement des informations lui reviennent. Ses missions ont pour finalité : la productivité, le gain financier et l’efficacité des collaborateurs.

Le Data Protection Officier

Le Data Protection Officer ou Délégué à la Protection des Données endosse les rôles de conseiller et d’informateur. Il prête main-forte au Chief Data Officer. Ses responsabilités nécessitent quelques compétences de base. Il excelle dans la protection et de l’intégrité des données. Il maîtrise également les règlementations qui régissent le data privacy (mesures de protection des données clients) à l’échelle nationale.

Le Data Owner et le Data Steward

Le Data Owner s’approprie les données de chaque service (données clients du département de vente et données produits du département marketing). Ses tâches interagissent avec celles du Data Steward. Ce dernier coordonne l’organisation des données et s’assure de leur conformité aux normes. Les deux acteurs partagent une mission commune : la mise en œuvre des KPI.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici