Définition Cloud computing et exemple d’informatique en nuage en entreprise

0
84

Au 21e siècle, à l’ère du big data et du numérique, le cloud ou le cloud computing se présente comme un outil ou type d’espace de stockage des données les plus en vogue. PME ou entreprise de grande envergure, les différentes variantes du cloud qui existent aujourd’hui sur le marché séduisent de plus en plus les professionnels issus de divers secteurs d’activité. Mais au fait, que sait-on exactement à propos du cloud ?

Le cloud, quèsaco ? Définition du cloud computing pour les nuls

Le cloud computing est un terme qui désigne l’accès à des ressources et à des services à la demande en ligne. Le cloud qui signifie « nuage » est une métaphore de l’internet, en référence à l’infrastructure des grandes fermes de serveurs internet. Contrairement à un stockage local sur disque dur, les utilisateurs n’ont pas besoin de disque dur et/ou de logiciel pour disposer des données. Le cloud propose un stockage de données en ligne disponible partout à condition de disposer d’une connexion internet et d’un support de lecture (ordinateur, smartphone, tablette, TV connectée). On peut donc le définir comme étant un modèle d’accès des ressources informatiques configurables, disponibles à la demande.

Les services cloud s’adressent à tout le monde, particulier ou professionnel. Le grand public voit le cloud comme un grand espace de stockage que l’on peut louer, ce qui n’est pas faux en soi. Toutefois, les ressources informatiques proposées par le cloud sont bien plus diverses. Pour les professionnels, on parle également d’accès à des services, des applications, des réseaux et des serveurs. Ces ressources informatiques peuvent être utilisées par les professionnels de différentes manières. La plupart des entreprises utilisent le cloud pour implémenter des applications (logiciels SaaS) comme service accessible en ligne.

À noter que la notion de cloud ne se réfère pas à du NAS ou Network Attached Storage qui est utilisé par bon nombre d’entreprises. Bien que le NAS permette aussi d’accéder à des données en ligne, cette technologie concerne surtout les réseaux locaux. Or, les réseaux locaux n’entrent pas du tout dans la définition du cloud.

À quoi sert le Cloud Computing ? Quels sont ses avantages ? Pourquoi l’utiliser ?

L’utilisation du cloud informatique possède de nombreux avantages que ce soit pour les particuliers ou les entreprises. L’atout principal du cloud réside dans sa disponibilité en ligne. Cette particularité permet de pallier à des plusieurs types de désagrément, notamment la perte de données. Un espace de stockage local peut subir une panne, pouvant faire disparaitre et endommager les données. Sur le cloud, les données sont à l’abri des pannes. On cite aussi comme avantage la grande disponibilité en espace de stockage des données.

Pour une entreprise, l’avantage du cloud réside surtout dans le bénéfice en stockage, en réduction du coût et en amélioration des collaborations (partenaires et clients). Les Datas Centers et les services informatiques possèdent un coût conséquent pour une entreprise. Avec les services cloud, il y a une importante réduction du coût en étant proportionnel à l’usage. Cette réduction de coûts est aussi profitable pour l’entreprise dans la quête de l’innovation. Une entreprise peut se permettre de prendre des risques et de tester davantage d’idées. Ainsi, avec le service cloud, une entreprise peut abandonner sans trop de perte projet en échec ou investir davantage sur un projet au potentiel prometteur.

En dernier, on cite comme avantage du cloud professionnel la valeur ajoutée sur les collaborations entre entreprises. Cette technologie offre de nouvelles perspectives de collaboration avec les partenaires commerciaux. En développant une « Community Cloud », les employés de différentes entreprises peuvent travailler plus étroitement comme s’ils étaient dans la même entreprise.

data-center-consommation-energie

Quelques exemples d’utilisation du cloud computing en entreprise

Le cloud informatique peut être utilisé comme service par une entreprise sous trois formes. Ce sont : IaaS, PaaS et SaaS.

L’IaaS (infrastructure as a service) désigne une infrastructure en tant que service. On peut citer comme exemple l’entreprise AWS ou Amazon Web Service qui propose aux utilisateurs un stockage depuis un serveur virtuel. Les utilisateurs bénéficient également d’une interface de programmation d’application ou API sur des machines virtuelles.

Le PaaS (Platform as a service) désigne une plateforme en tant que service. Il est surtout utilisé pour le développement de logiciel en accédant des ressources comme des logiciels Gateway, des portails web et des API. Ce type de service sert à accélérer le développement et la mise sur le marché des applications. Plusieurs entreprises fournissent ce type de service comme Salesforce.com, Google App Engine et Elastic Beanstalk (Amazon). Les logiciels développés peuvent même être hébergés par les fournisseurs.

Le SaaS (software as a service) désigne le logiciel en tant que service. Le SaaS consiste à distribuer des logiciels en ligne grâce aux fournisseurs qui les ajoutent sur le cloud. Ces logiciels SaaS sont couramment appelés « Service Web ». On peut citer comme exemple Microsoft Office 365 qui fournit des applications de productivités notamment le pack Office (Word, Excel, PowerPoint…) en version cloud. Le Microsoft Office 365 propose également des services d’emails. Au delà du stockage de fichier, il existe également une multitude de logiciels SaaS dans différents domaines, comme la comptabilité (Sage / Ciel, Quickbooks, EBP…), la gestion de projet (Monday.com, Asana, ClickUp…), les CRM (Salesforce, PipeDrive, Hubspot CRM…) etc.

Pour le grand public, il y a les applications de stockage des données en ligne comme Google Drive, Dropbox, Apple iCloud et Amazon Cloud Drive (spéciale musique mp3).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici